EN / FR version pdf Contact dehaze

RESPONSABILITÉ

MATIÈRES PREMIÈRES

AIDER À RÉSOUDRE LE PROBLÈME DU PLASTIQUE

Selon le National Geographic, plus de 8 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans nos océans chaque année, et elles ne disparaissent malheureusement pas. Le « vortex de déchets du Pacifique nord » couvre plus de 1,5 million de kilomètres carrés et a une profondeur de 3 mètres. Il s’agit de la plus grande accumulation de déchets marins au monde, principalement composée de plastique.

On compte aussi cinq autres grandes îles flottantes de plastique dans les océans à l’échelle mondiale, ainsi qu’un nombre incalculable de plus petites. De plus, en raison des courants marins, les déchets de plastique se décomposent en microplastiques qui sont ensuite ingérés par la faune marine et finissent par entrer dans la chaîne alimentaire mondiale.

Ce qui rend la situation encore plus troublante est le fait qu’une grande partie de ce plastique provient des produits qui n’ont été utilisés qu’une seule fois.

Il n’est donc pas surprenant que de plus en plus d’entreprises responsables fassent la transition du plastique vers le papier pour leurs produits à usage unique, comme les tasses, les assiettes et les pailles. Le plastique dure très longtemps, alors pourquoi l’utiliser pour des produits dont la durée de vie est courte alors que le papier peut très bien fonctionner ?

Nous nous réjouissons que des organismes environnementaux influents, comme le Groupe de recherche d’intérêt public des États-Unis, appuient cette démarche.

Cependant, chez Domtar, notre défi va bien au-delà des efforts pour remplacer le plastique par du papier. Nous profitons, du même coup, de l’occasion pour rendre les plastiques plus écologiques.

Nous savons que le plastique peut offrir d’énormes avantages environnementaux dans certaines applications, compte tenu de sa durabilité et de sa légèreté, notamment pour rendre les véhicules plus efficaces sur le plan de la consommation du carburant. Cet avantage environnemental s’accroît encore plus lorsque ces plastiques sont fabriqués à partir de produits chimiques que nous extrayons des arbres cultivés de façon renouvelable, remplaçant ainsi en partie les produits chimiques à base de combustibles fossiles. C’est exactement ce à quoi sont dédiées les recherches de Prisma Renewable Composites, une entreprise de biomatériaux détenue majoritairement par Domtar. L’entreprise est un fournisseur du plus grand fabricant de composantes de plastique pour véhicules au monde.

Il convient de noter qu’au moment même où l’approvisionnement en hydrocarbure pour la fabrication du plastique diminue, la quantité de terres forestières desquelles nous dépendons augmente. On compte 23 millions d’acres de forêt de plus aux États-Unis à l’heure actuelle qu’il y en avait il y a 40 ans, selon le Service des forêts du Département de l’Agriculture des États-Unis. Cette tendance positive est attribuable, en partie, à la demande croissante en produits forestiers.

Enfin, chez Domtar, nous avons appris une chose ou deux à propos du recyclage et du compostage. Par exemple, aux États-Unis, on recycle la majorité du papier recyclable, soit un sommet inégalé de 68 %, selon les plus récentes données de l’American Forest & Paper Association. Le papier est l’un des meilleurs exemples d’une matière propice au concept que les environnementalistes appellent l’« économie circulaire ».

En comparaison, le recyclage du plastique a accusé beaucoup de retard par rapport au papier. Ses taux de récupération sont bien inférieurs à 10 % aux États-Unis.

Ce produit, qui réduit considérablement le besoin en herbicides et en irrigation, est fabriqué à partir des polymères organiques que l’on retrouve naturellement en abondance dans les arbres. Mieux encore, à la fin de la saison, il peut être labouré dans le sol, ce qui élimine les déchets de plastique.

À l’heure actuelle, on compte 23 MILLIONS D’ACRES DE FORÊT DE PLUS aux États-Unis qu’il y en avait il y a 40 ans.

68% Aux États-Unis, on recycle la majorité du papier recyclable, soit un sommet inégalé de 68 %.

100 % À l’heure actuelle, nous testons sur le terrain un papier couché à base de lignine, 100 % biodégradable, utilisé pour des applications de pellicules destinées à l’agriculture.