EN / FR version pdf Contact dehaze

Efficacité

Eau

L’EAU PEUT ÊTRE BON MARCHÉ, MAIS SON UTILISATION NE L’EST PAS

Voir l’eau couler le long d’une rivière peut nous donner l’impression que cette ressource, que nous partageons avec nos collectivités, est gratuite et infinie. Or, ce n’est pas du tout le cas. Au cours des dernières années, Domtar s’est intéressée aux coûts liés à l’utilisation de l’eau dans la fabrication des pâtes et papiers. Grâce à une variété d’améliorations des processus, nous constatons une plus grande efficacité et de moindres coûts.

Un signe de notre préoccupation est le renvoi de près de 90 % de cette eau dans la nature. Dans quelques cas, l’eau que nous retournons est encore plus propre et claire qu’elle ne l’était initialement.

« Bien que les usines de Domtar exercent leurs activités dans des zones où l’approvisionnement en eau est important et, à plusieurs endroits, à peu ou pas de frais, nous ne voulons pas tomber dans le piège de tenir cette ressource pour acquis, a mentionné Brian Kozlowski, directeur principal de l’optimisation du rendement durable. Nous comprenons que l’eau est une ressource partagée que nous empruntons à la nature. »

Le coût défrayé par Domtar pour pomper, filtrer, déminéraliser, traiter, chauffer, réutiliser et nettoyer l’eau avant de la retourner dans la nature est tout sauf bon marché. Les coûts associés à l’eau sont complexes. Ils peuvent être à court et à long terme, fixes ou variables. De plus, ils ont une influence autant sur nos résultats que sur les communautés dans lesquelles nous exerçons nos activités.

Nos 13 usines de pâtes et papiers sont situées dans des bassins hydrographiques ayant des géographies et des climats uniques – du sud-est des États-Unis au Canada. Nos installations peuvent se trouver dans des zones forestières, agricoles ou urbaines avec une variété de consommateurs d’eau en amont et en aval, allant des fabricants et des agriculteurs aux villes et aux secteurs résidentiels.

Tous ces facteurs affectent la quantité, la qualité et la disponibilité de l’eau. Nos usines doivent être en mesure de traiter l’eau malgré une variété de conditions changeantes :

Les variations de température et de flux de l’eau, d’une saison à l’autre

Les événements climatiques, comme les inondations, les vagues de tempête et les sécheresses

La turbidité de l’eau en fonction du ruissellement du sol

La prolifération d’algues causée par les activités en amont qui enrichissent l’eau de surface avec des nutriments

« Le développement d’un modèle de gestion du coût total de l’eau est le fruit d’un effort généralisé, soutenu par des collègues du développement durable, de l’énergie et de la finance, en étroite collaboration avec nos directeurs locaux en fabrication », a souligné Brian Kozlowski. Domtar a réalisé son modèle dans le but de quantifier le coût total de l’utilisation d’eau de ses usines de pâtes et papiers et a commencé à l’appliquer en 2018.

L’UTILISATION EFFICACE DE L’EAU RÉDUIT LES COÛTS ET ORIENTE NOS INVESTISSEMENTS

L’évaluation de l’utilisation efficace de l’eau et des coûts connexes exige des années de recherche. Par exemple, certains coûts liés à l’utilisation de l’eau, comme l’obtention d’un permis d’évacuation des eaux usées, ne sont pas exigés tous les ans. Les permis d’utilisation de l’eau, ainsi que les tests et la main-d’œuvre associée à l’accès à l’eau, à son utilisation et à son traitement, sont généralement des coûts fixes qui ne varient pas en fonction de la consommation d’eau.

D’autres coûts sont variables ou semi-variables, et offrent donc des possibilités d’économies en fonction de la consommation. L’énergie et l’utilisation de produits chimiques représentent deux des coûts variables les plus importants, directement liés à la quantité d’eau consommée.

La compréhension du coût total de l’eau devient un outil de plus en plus important pour nos usines lorsque vient le temps de planifier et de justifier les dépenses en immobilisations. Par exemple, le projet d’installation d’une tour de refroidissement et d’un échangeur de chaleur à l’usine de Plymouth était la première occasion d’appliquer le modèle de gestion du coût total de l’eau, qui a ensuite influencé la nature et les composantes du projet.

Ainsi, en améliorant l’efficacité de notre utilisation de l’eau, nous pouvons réduire les coûts dans plusieurs secteurs. De plus, en élargissant la portée de notre modèle, notre compréhension en la matière nous aidera à prendre des décisions d’investissements plus durables.

Un signe de notre préoccupation est le renvoi de près de 90 % de cette eau dans la nature Dans quelques cas, l’eau que nous retournons est encore plus propre et claire qu’elle ne l’était initialement.